Take it easly

Les pieds dans le sable, l’air marin…

Apprendre à décrocher. Apprendre à se détendre et savourer les petits instants.

Voilà une chose qui, en apparence paraît bien simple. Pourtant, dans la pratique, la réalité est sacrément différente. Nous voilà déjà début août et je prends conscience simplement maintenant, en plein milieu de l’été, que j’ai arrêté de savourer les petits moments.

Nous sommes au beau milieu de l’été et je n’avais toujours pas mis un seul pied à la plage jusqu’à maintenant. Si vous avez lu mon précédent post, vous savez pourtant que je vis dans le sud de la France donc aller à la plage ne devrait pas être si compliqué ! Et pourtant, si.

Je dois avouer que la situation sanitaire actuelle, ne m’est pas d’une grande aide. Je suis constamment en train d’éviter les rassemblements et bien qu’il soit nécessaire de faire marcher l’économie du pays, les touristes, je ne vous aime pas vraiment en ce moment. Désolée…

En quelques mois, je me rends compte que j’ai pris pour habitude de vivre à 200km/h. Comme si, chaque seconde passée sans être optimisée à son maximum, était une seconde de perdue. Si vous aussi vous avez ce genre de raisonnement, je vous conseille d’arrêter immédiatement. C’est une très mauvaise habitude qui va vous ronger petit à petit… Croyez-moi !

On dit souvent que l’on apprend de ses « erreurs ». Je me permets les guillemets parce que je n’aime pas vraiment le mot « erreur ». Pas d’erreurs, juste des leçons.

Lentement mais sûrement, je reprends goûts aux petits instants simples. C’est un peu comme si, je m’autorisais enfin à prendre le temps de respirer.

Ces derniers jours, je me suis vue rester jusque tard le soir sur le transat au fond du jardin à contempler les étoiles, sans un bruit. À la plage, j’ai porté énormément d’attention au bruit des vagues et à la sensation du sable sur mes pieds. Sur la route pour aller faire mes courses, j’ai pris plaisir à traverser les vastes champs qui me séparent de la ville et j’ai apprécié leur odeur. Toutes ces choses peuvent sembler futiles, je vous l’accorde. Néanmoins, ces éléments nous permettent de décrocher et de prendre une bonne dose d’oxygène. Durant ces courts instants, c’est un peu comme si je m’autorisais à me dire : « Ne t’en fais pas, tout ira bien. La vie est belle.« 

Très anxieuse et à tendance stressée, j’étais (sans vouloir faire un mauvais jeu de mots) en train de me noyer. Je prenais les choses beaucoup trop à cœur sans savoir comme décrocher et sans savoir comment relativiser. Le simple événement nouveau, non prévu dans mes plans, me semblait insurmontable. Chaque moment de ma journée était parfaitement chronométré et j’en étais arrivée au point, où, je culpabilisais de vouloir me reposer, sans rien faire de particulier. Cela relève selon moi, de la pure folie. Vouloir exceller, donner le meilleur de soi sont de très bonnes qualités. Il faut simplement apprendre à les gérer au risque de perdre le contrôle de sa vie.

Il n’y a pas de problèmes, toujours des solutions.

Si j’ai bien appris une chose, c’est qu’il ne faut pas avoir peur de supprimer de sa vie un élément qui nous dérange dans notre épanouissement personnel. C’est peut-être un raisonnement égoïste mais être égoïste ça a aussi du bon. Apprendre à se libérer de situations qui ne nous apportent rien de bon, comprendre que certaines ne sont pas bonnes pour nous, demande un long chemin de réflexion et de prise de conscience. Ce n’est pas facile mais une fois le déclic arrivé, le sentiment de liberté éprouvé est incroyable.

Savoir dire non.

Jusqu’à présent je ne savais pas dire non. Je ne savais pas mettre un terme à une situation qui ne me convenait pas. Pourquoi ? Parce que je voulais faire plaisir aux personnes autour de moi en oubliant de prendre en compte mon propre ressenti et mon propre point de vue. Il n’y a rien de plus handicapant que de s’imposer des choix qui ne nous conviennent pas.

Alors, apprenez à dire non. Apprenez à décrocher et à vivre pour vous. Apprenez à écouter votre corps et votre esprit. Le chemin est long mais toutes les bonnes choses ne sont pas simples. J’ai encore beaucoup de travail sur moi-même à faire et j’apprends et m’améliore à mon rythme. Je prends conscience, chaque jour, que je vis pour moi et non pas pour les autres.

La vie ne devrait pas être une course contre la montre. La vie doit au contraire être douce et remplie de souvenirs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s